Les ablutions


Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail




Article lu 3925 fois




Toute personne majeure doit faire ses ablutions avant de prier ou de toucher le Saint Coran.

Causes pouvant rendre caduques (nulles) les ablutions

L’ablution devient caduque (nulle) avec :

Le pet

Le fait d’aller à la selle

Le fait d’uriner

La sécrétion de liquide prostatique, consécutive à l’érection dûe à un regard lascif, à l’imagination, à un flirt. On devra dans ce cas, procéder au lavage du sexe entièrement après en avoir formulé l’intention.

L’érection sans sécrétion n’annule pas l’ablution.

L’émission d’un liquide gluant appelé "wadiyu" à la suite d’une miction et non accompagné de plaisir. Il peut également être émis sans la miction.

La sortie du sperme non accompagnée de plaisir comme dans le cas d’une maladie ou de la fatigue ou émanant d’un plaisir inhabituel dû au fait de se gratter

Si cette sortie s’accompagne d’une jouissance sexuelle, la purification par le lavage devient obligatoire.

La sécrétion d liquide précédant l’accouchement En cas d’accouchement non accompagné de sang, le lavage s’impose. S’il est accompagné de sang, le lavage se fera après l’épanchement de sang.

La crise d’épilepsie ou de folie

L’évanouissement

L’ivresse

Le sommeil profond, si court soit-il. Il s’agit de sommeil pendant lequel un objet que l’on tenait dans sa main serait tomber sans qu’on s’en aperçoive ; ou durant lequel on serait amené à baver.

L’attouchement du corps d’une femme, de ses cheveux, de ses ongles, ou de ses habits par un homme majeur avec l’intention d’en jouir, que ce plaisir soit obtenu ou non, avec une femme pas trop jeune, physiquement capable de le lui produire. S’il y trouve du plaisir même sans l’avoir cherché, l’ablution demeure caduque. Par contre, si le plaisir n’est ni recherché, ni obtenu, l’ablution n’est pas caduque. Cela s’applique aussi à la femme. L’attouchement entre mineurs est sans effet.

Le baiser entre homme et femme (bouche à bouche), qu’il soit suivi ou non de jouissance, qu’il y ait ou non l’intention, entraîne l’annulation de l’ablution. Si le baiser se fait entre des personnes majeure et mineure, il y a seulement annulation pour la personne majeure. S’il s’agit de deux enfants, il n’y a pas d’effet.

Le baiser par le nez a la même effet que l’attouchement.

Embrasser un enfant par commisération n’annule pas l’ablution

Embrasser son propre père ou sa mère, son supérieur ou son proche parent dans l’intention de l’honorer ou par compassion n’annule pas non plus l’ablution.

Le fait pour un homme de toucher sa verge par la paume, les doigts ou le contour de la main annule l’ablution.

L’attouchement de la verge même par dessus les habits ne l’annule pas

L’attouchement des parties intimes en dehors de la verge ne l’annule pas.

Quant à la femme qui touche son sexe quelle qu’en soit la maniere, il n’y a pas d’annulation même si le doigt y est introduit.

On doute d’avoir fait ou non ses ablutions

On est sûr d’avoir fait ses ablutions et d’avoir aussi commis un acte de nature à rendre caduque ces ablutions

Cependant on doute si l’acte est antérieur ou postérieur aux ablutions

On est sûr d’avoir fait ses ablutions mais on doute d’avoir commis un acte qui est de nature à les rendre caduques

Dans tous ces cas, les ablutions devront être renouvelées si la prière n’a pas encore été faite.

Si le doute intervient au cours de la prière et qu’il persiste, on doit interrompre la prière, et renouveler et les ablutions et la prière. Si le doute n’existe plus, il n’y a pas lieu de reprendre les ablutions et la pri&egravere.

Si le doute intervient après la prière, il n’y a pas lieu de reprendre ni les ablutions, ni la prière tant que l’on est pas sûr qu’il y avait effectivement cause d’annulation. Mais en cas de certitude de l’existence d’une cause d’annulation, on devra reprendre et les ablutions et la prière.

Le lavage des parties intimes ("Siwu")

Il consiste à laver proprement les parties intimes avec de l’eau non souillée, non altérée dans sa couleur ni dans sa saveur ni dans son odeur, avant de quitter les lieux de toilettes.

Il est donc conseillé d’y aller avec de l’eau.

S’il s’agit d’un lieu fermé, il est méritoire en y entrant d’abord le pied gauche et de réciter la formule suivante :

"Bismillahi Allahumma inniya ahuuzu bika minal qubusi wal qabaahisi"

Une fois à l’intérieur, on ne prononce plus la formule.

Il est aussi méritoire de sortir par le pied droit et de dire :

"Bismillahi Alhamdu lillahi lazi azhaba annil hazaa wa haafaani"

Si c’est en plein air, on doit dire la formule d’entrée avant de découvrir ses parties intimes et la formule de sortie une fois les parties intimes recouvertes.

Si la précaution d’emporter de l’eau n’a pas été prise, il y a risque de souillure des vêtements, ce qui est de nature à annuler la prière ultérieure. C’est la raison pour laquelle, le lavage des parties intimes revêt une importance capitale ; ainsi faut-il bien presser la verge, s’assurer qu’il ne reste plus aucune goutte d’urine dans l’urêtre. La durée de l’évacuation varie suivant les hommes. Chez certains, il est nécessaire de faire quelques pas avant de procéder au lavage de la verge, car la sécrétion d’urine survenue après le lavage de la verge due à un manque de patience est de ces péchés susceptibles de provoquer des châtiments dans la tombe. C’est seulement après le lavage ("siwu") que l’on doit procéder aux ablutions.

La pratique de l’ablution

Il faut se procurer de l’eau non souillée, s’asseoir dans un lieu exempt de toute souillure, se tourner vers la Qiblah (Kaaba), dire "Bismillahi", se curer les dents et se rincer la bouche.

Se laver les mains trois (3) jusqu’aux poignets en commençant par la main droite.

Se rincer la bouche trois (3) fois

Aspirer l’eau par les narines et l’en rejeter en soufflant par le nez trois (3) fois - (aspirer avec la main droite, rejeter avec la main gauche)

Se laver le visage trois (3) fois en formulant intérieurement l’intention de faire l’ablution selon les obligations divines.

Se laver l’avant-bras droit jusqu’au coude trois (3) fois

Se laver l’avant-bras gauche jusqu’au coude trois (3) fois

Faire passer l’eau sur la tête du front à la nuque, puis de la nuque au front une (1) fois.

Se laver les oreilles

Se laver le pied droit jusqu’à la cheville trois (3) fois

Se laver enfin le pied gauche jusqu’à la cheville trois (3) fois.

Après cela, lever la tête vers le ciel et réciter cette formule : Ash hadu an laa illaaha illa laahu wahdahu laa shariika lahu wa ash hadu anna Sayyidinaa Muhammadan sallal Laahu tahaala alayhi wa sallama abduhu wa Rasuuluhu.

Allahumma idj halnaa minat tawwabiina wa haj halnaa minal mutatahiriina wa haj halnaa min hibaadikas saalihiina wa adqilnaa fil djannati wa bahidnaa mina naari.

Allahumma salli alaa Sayydinaa Muhammadin wa alaa aali Sayydinaa Muhammadin wa sallim.

Les pratiques obligatoires de l’ablution (farata)

Elles sont au nombre de huit (8) :

Formuler intérieurement l’intention de s’acquitter de cette obligation conformément aux prescriptions divines au moment de se laver le visage.

Se laver entièrement le visage

Se laver les avant-bras, jusqu’aux coudes

Se laver les doigts séparément

Faire passer l’eau sur l’ensemble des cheveux, si longs soient-ils. Si les cheveux sont tressés sans aucune matière artificielle, il n’est pas nécessaire de les défaire quelque soit l’épaisseur des tresses.

Si par contre, une quelconque matière artificielle est rajoutée aux cheveux, il faut défaire les tresses pour que les cheveux puissent être entièrement mouillés. D’ailleurs, l’utilisation de cheveux artificiels est une mauvaise chose.

Ceci n’est valable que pour la petite ablution. Si l’épaisseur des tresses empêche l’eau d’atteindre le cuir chevelu, il faudra les défaire dans le cas de la purification par lavage, même si les tresses ne sont faites qu’avec des chevaux naturels.

Se laver entièrement et munitieusement les pieds jusqu’aux chevilles en frottant chaque orteil.

Frotter chaque partie au moment de son lavage en utilisant la quantité d’eau strictement nécessaire.

Observer rigoureusement l’ordre tel qu’il est préscrit. Ne pas marquer une longue pause entre le lavage des différentes parties au risque de rendre l’ablution nulle. (Ne pas attendre qu’une partie soit sèche avant de passer à l’autre). Si, après l’ablution, on se rend compte qu’une partie a été omise, on doit procéder à son lavage si les parties déjà lavés ne sont plus mouillées. Si on s’en rend compte tout juste après, on reprend l’opération partir de la partie omise jusqu’à la fin.

Les pratiques traditionnelles de l’ablution (Sunnah)

Elles sont au nombre de huit (8) :

Se laver les mains jusqu’aux poignets

Se rincer la bouche

Faire pénétrer l’eau dans les narines en aspirant

L’en faire sortir en soufflant par les narines

Puis passer les mains à l’intérieur et à l’extérieur des oreilles

Se mouiller à nouveau les mains avant de les faire passer sur les oreilles

Ramener les mains au front après les avoir portées à la nuque

Ne pas inverser l’ordre établi concernant les pratiques obligatoires.

Les mérites de l’ablution

L’ablution est recommandé à qui veut : réciter le Coran, les Hadiths ou les écrits religieux

invoquer les noms d’Allah

rendre visite à un Saint

aller dans un marché

aller dormir.

Il est méritoire de renouveler fréquemment ses ablutions. A l’occasion, il est recommandé de formuler l’intention de s’acquitter d’une prière obligatoire au moment du renouvellement. Si cette précaution est prise, l’ablution pourra servir à une prière obligatoire et à toute autre pratique traditionnelle (Sunnah). Mais, si l’intention est formulée uniquement pour une pratique traditionnelle, l’ablution ne pourra pas servir pour une prière obligatoire.

Il st méritoire de procéder au renouvellement de l’ablution - après avoir fait une prière obligatoire ou une prière surérogatoire ou aprè avoir fait le tour de la Kaaba - pour s’acquiter d’une nouvelle pratique obligatoire. Cependant, on n’a pas besoin de la renouveler si on n’a fait que toucher le Saint Coran.

Il est aussi méritoire de se curer les dents avant toute prière. Il est conseillé de se curer fréquemment les dents, car l’usage du cure-dent (soccu, en wolof) :

attire la grâce d’Allah

provoquer l’irritation et la colère de Satan

permet de se rappeler le nom d’Allah dans l’article de la mort

fait conserver la foi jusqu’au dernier soffle

fait entrer dans les bonnes grâces des deux Anges Gardiens

atténuer les affres de l’agonie

multiplie les chances d’avoir de la fortune

aiguise l’intelligence

améliore la vue

facilite l’expression

facilite la digestion

rend les dents plus solides et la bouche plus propre

embellit la chevelure

retarde la vieillesse.


Articles de la même rubrique

Les ablutions

La purification majeure

La prière