Ville sainte de Touba


Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail




Article lu 6977 fois




Touba fut fondée en 1887 par Cheickh Ahmadou Bamba Mbacke. Dans son ouvrage"Matlaboul Fawzaini" (La quête du bonheur des deux mondes) consacre à la cite, demande que Dieu accorde aux habitants de touba la felicite ici bas et dans l’au-delà.

C’est cette dynamique axée sur une dialectique entre le spirituel et le temporel qui va structurer l’évolution de Touba. Cheickh Ahmadou Bamba Mbacke veillera à ce que Touba présente toutes les caractéristiques d’une cite musulmane. Il tracera lui même, les grands axes de l’organisation de l’espace.

Touba a un plan radiocentrique, La mosquée et sa place en constituent le centre et la ville , la région et même le pays convergent. A côté de la mosquée, à l’Est il y a la bibliothèque et les cimetières .

Tout ceci se trouve dans un cercle de 2km de diamètre, délimité par une rocade et qui englobe aussi les maisons des fils de Cheickh Ahmadou Bamba Mbacké et des principaux Cheickh mourides. Cet espace pourrait s’appeler &quota ; Haram" ; . Les premiers habitants de la cité furent mus, sans doute, par la quête de la &quota ; Baraka" ,jusque vers la fin des années 70 Touba petite ville a la lisière du Ferlo ne comptait que 30 000 habitants. Ces habitants ne se consacraient essentiellement à la culture, luttant ainsi contre les aléas naturels que représente : la sécheresse.

Touba va cependant connaître une évolution majeure à la fin des années 70 : une évolution démographique qui va complètement bouleverser son mode de vie et de Fonctionnement. Touba va passer d’une situation de ville de pèlerinage et de retraite pieuse, à celle d’une métropole économique de 250 000 personnes dans les années 90 ; avec plus de 50%, évoluant dans le secteur tertiaire, le commerce.

Aprés Dakar Touba est la ville du Sénégal qui possède le plus d’infrastructures hydrauliques : avec 9 forages et 2500 lignes téléphoniques en 1992, elle a le plus fort taux de croissance démographique, soit 10%. Cette explosion démographique n’est pas sans conséquence, en effet se pose maintenant le problème du maintien de l’équilibre entre le sacré et l’économique.

Touba impressionne par la bonne maîtrise de l’organisation et de l’espace . Il n’y a pas de quartier flottant mais elle n’en connaît pas moins les Difficultés de toutes les grandes villes : explosion démographique, paupérisation croissante, insalubrité du fait de la faiblesse de l’aissainissement, une insuffisance de la couverture sanitaire.

L’avenir de Touba qui n’est pas érigé en commune dépendra de la manière dont ces défis seront relevés. Gageons que la discipline, l’esprit de solidarité et la formidable capacité de mobilisation des mourides permettront de résoudre ces problèmes.