VILLAGE DE MBACKE BARRY : Point de départ en exil de Cheikh Ahmadou Bamba


Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail




Article lu 980 fois




Ce village polarise actuellement plus de trente villages et compte plus de mille habitants avec une nette domination des Wolofs et des Peuls. Il a été complètement effacé de la carte après la disparition de son fondateur. Ce n’est qu’ à la fin de l’année 1894 que Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké s’est installé dans le village de son arrière grand-père sur recommandation du prophète Mouhamet (Psl)

qu’il avait vu en rêve, nous dit Serigne Cheikh Dorel Mbacké, gardien du temple. C’est dans ce village de Mbacké Barry, situé ê 60 Km de la ville de Touba qui est le point de départ en exil au Gabon pour sept longues années du fondateur du Mouridisme, le samedi 10 Aout 1895.

En quittant ce village mythique et plein de symboles mais méconnu des talibés mourides, le Cheikh avait laissé toute sa famille, quatre femmes (Sokhna Awa Bosso, Sokhna Faty Madou Mame, Sokhna Penda Boyo et Sokhna Fatou Sylla), quatre enfants :

( Mouhamadou Moustapha Mbacké, Serigne Fallou Mbacké, Mouhamadou Lamine Bara Mbacké et Sidy Mouhamet Mbacké ) plus deux mille talibés et Cheikhs dont Mame Thierno Birahim Mbacké, Serigne Cheikh Mandouba et Serigne Ndam Abdourahmane LÖ qui s’occupaient de l’éducation des talibés.

Selon toujours le guide religieux en charge du village, qui tire ses informations du deuxième khalife général des Mourides, Cheikh Ahmadou Bamba avait émis le souhait depuis Mbacké Barry d’effectuer le pèlerinage à la Mecque mais malheureusement l’exil gabonais a mis le projet ê l’eau.

Un an après le départ en exil du Cheikh, son frère cadet Mame Thierno, qui avait en charge la famille de Bamba, est menacé et souvent même persécuté par l’autorité coloniale. Il quitte ainsi Mbacké-Barry pour Mbacké Baol avec l’ensemble de la famille que lui a confié le Cheikh.

Le village fondé par Mame Marame Mbacké va être à nouveau effacé complètement de la carte du royaume du Djoloff et de la République du Sénégal. Ce n’est qu’en 1964, un an après l’inauguration de la grande mosquée de Touba que Serigne Fallou deuxième Khalife général des Mourides est revenu ê la redécouverte du village de Mbacké Barry.

Car, c’est ici que Serigne Touba avant son départ d’exil et dès leur bas âge leur avait montré pour la première fois ce grand

édifice alors qu’on n’avait même pas songé à la pose de la première pierre, selon toujours le gardien du temple. C’était en 1894, trente ans avant la pose de la première pierre en 1930 et soixante trois ans après son inauguration en 1963.

Ainsi, c’est Serigne Fallou qui est revenu pour retrouver le village, la maison et la chambre du Cheikh ainsi que la mosquée que Serigne Touba avait érigé. Et où il a effectué sa dernière prière dans le Djollof.

Le village fondé par son arrière grand-père, est un village mythique chargé d’histoire mais méconnu du grand public nous dit le marabout gardien du temple qui le compare même à Jérusalem, capitale de toutes les religions lieux où le Prophète Mouhamet a reçu les cinq prières. Car, c’est à Mbacké que Bamba a reçu l’ordre de son seigneur d’emprunter le chemin d’Allah.

La mosquée de même que la maison qui sont les seuls monuments légués par Khadimou Rassoul sont construites. Mais, l’héritage, qui vaut aujourd’hui le magal de Touba et le départ en exil de Bamba, malgré son importance pour la communauté mouride, est presque laissé en rade et a besoin d’être modernisé.

Serigne Cheikh Dorel Mbacké a salué les efforts déployés pour assister le village dans sa phase de modernisation. Toutefois ce petit-fils du fondateur du Mouridisme indexe les proches de Me Abdoulaye Wade, qui, selon lui, bloque les projets de la localité.