Ramadan


Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail




Article lu 4632 fois




Définition

Le jeûne consiste en la formulation de l’intention dans son cœur « J’ai l’intention de jeûner ce mois obligatoire pour la face de DIEU ». Il consiste aussi à s’abstenir de manger, de boire, de faire l’acte sexuel et ce, avant l’aube jusqu’au coucher du soleil. Parmi ces actes précités, celui qui en commet un seul par inadvertance doit continuer le jeûne, mais doit aussi remplacer ce jour. Par contre celui qui le commet de façon délibérée doit continuer le jeûne mais aussi doit faire l’expiation (Kaffâra).

L’expiation quant à elle est de trois sortes :

- offrir à 60 pauvres chacun ½ « andar » de mil (environ 1kg)
- jeûner deux mois successifs pendant lesquelles toute interruptions nécessite un recommencement
- affranchir un esclave qu’on a licitement acquis, qui est sa propriété exclusive et qu’il soit un musulman en bonne santé qui n’a aucune déformation. Le jeûne incombe à tout individu saint d’esprit jouissant d’une bonne santé, qu’il soit un homme responsable (mukallaf) et n’étant pas dans une marche (voyage) où il doit diminuer le nombre de rakkas de certaines prières, et si c’est une femme qu’elle ne soit pas en période menstruelle ou de lochies. • Celui qui est malade, s’il craint l’aggravation de la maladie par le jeûne ou une guérison lente, est autorisé à rompre le jeûne. S’il risque la mort, alors la rupture devient obligatoire. Ainsi s’il retrouve sa santé, il doit remplacer les jours non jeûnés. Cependant s’il retarde le remplacement jusqu’au prochain ramadan par négligence, il le remplacera après le mois du jeûne mais sera tenu de donner après chaque rupture du jeune ½ « andar » (environ 1kg). • La femme en allaitement, si elle a des craintes pour l’état du nourrisson, doit rompre le jeûne. Mais elle doit remplacer les jours manqués et sera tenue de verser chaque jour ½ « andaar » (environ 1kg). Quant à la femme en état de grossesse, si elle a peur pour sa gestation, elle doit rompre le jeûne mais sera tenue de remplacer les jours manqués seulement. • Une vielle personne qui n’est plus en mesure de jeûner n’est autorisée à l’abandonner en donnant ½ « andaar » chaque jour (environ 1 kg). L’intention de jeûner peut être formulée une fois dans la première nuit, comme il est possible de spécialiser chaque jour du ramadan avec son intention propre. • Un vomissement ou un rejet gastrique survenu de façon involontaire et que son auteur parvient à rejeter au point que rien ne retourne à la gorge n’annule pas le jeûne. S’il vient jusqu’au niveau de la gorge et retourne (dans l’estomac), le jeûne est annulé. Mais si ces deux actes sont provoqués de façon délibérée par son auteur, ils annulent automatiquement le jeûne. Ainsi le remplacement et l’expiation sont obligatoires. • Si l’eau utilisée pour se gargariser la bouche arrive jusqu’à la gorge et est avalée, elle annule le jeûne. De même si l’eau reniflée arrive jusqu’à la gorge et est avalée, elle annule le jeûne. Les crachats et les glaires s’ils sont abondants, il est recommandé de les rejeter ; mais les avaler n’annule pas le jeûne quelle que soit leur quantité

Enseignement sur le ramadan

Les Enseignements de Serigne Touba à l’approche du Ramadan. Durant tout le mois de shacbân précédant le mois béni de Ramadan, Cheikh Ahmadou Bamba multipliait les mises en garde contre les activités mondaines ou toutes autres formes de divertissements. Ces prêches sonnaient comme un rappel édifiant devant le mois de bénédiction qui pointait à l’horizon. C’était une façon de préparer les gens à mieux tirer profit de ce mois sublime de dévotion. Cheikh Mouhamadoul Bachîr MBACKE, dans son ouvrage qu’il a consacré à son père et maître spirituel Cheikhoul Khadim intitulé "Les Bienfaits de L’ETERNEL dans la Biographie du Shaykh Al Khadîm (Le Maître Serviteur)", nous donne le témoignage suivant. Il dit qu’il était très fréquent d’entendre le Cheikh tenir ces paroles :

"Soyez constants dans l’introspection de votre cœur et dans la préservation de vos membres. Car, l’ennemi juré, Satan en l’occurrence, sachant son emprisonnement très proche dès l’apparition du croissant lunaire et ce, pour toute la durée du mois béni, s’empresse résolument à altérer votre foi.

Il essaie de semer dans votre cœur des germes qui, une fois développés annihileront en vous toute force de les éliminer ou de les effacer. Ainsi, votre cœur, entaché, ne serait point en mesure de recevoir les bienfaits en provenance de DIEU.

En effet, les portes des cieux restent ouvertes durant tout le mois béni pour que les prières puissent accéder à DIEU, les vœux exaucés et que les bénédictions puissent se répandre. Préservez-vous donc davantage de l’ennemi car, il guette la moindre négligence de votre cœur pour l’entacher de vices ."

Aussi, durant le mois de shahban, les adeptes qui étaient en formation spirituelle sous ses auspices recevaient de sa part un volume de travail supérieur à celui qu’ils accomplissaient habituellement. A cela, s’ajoutait une multiplication des exercices pieux.

Tout cela, s’accompagnait de séances d’exhortation qu’il tenait régulièrement pour que les gens évitent de verser dans l’oisiveté et pour leur permettre de bénéficier des grâces liées à la vivification du mois béni de Ramadan.