Magal Serigne Abdou Khadr Mbacké ce mardi 04 octobre 2016 : Retour sur la vie de « l’imam des imams »


Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail




Article lu 875 fois




La communauté mouride célèbre ce mardi 4 octobre le magal de Serigne Abdou Khadr Mbacké : Retour sur la vie du 4éme khalif général des mourides, surnommé « l’imam des imams ».





Serigne Abdou Khadre Mbacké est né un vendredi du mois de Mouharram en 1914 à Ndame, une localité située à quelques encablures de Touba. A sa naissance, Serigne Touba ordonna à son frère Mame Thierno Ibrahima d’aller présider la cérémonie baptismale. Par la même occasion, Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké lui révéla que : « par la grâce du nouveau-né, tous ceux qu’il rencontrera à l’aller comme au retour auront la Félicité dans l’au-delà. »



Serigne Abdou Khadre Mbacké, fils et neveu de Serigne Touba



Sa mère Sokhna Aminata Bousso est la fille de Serigne Mboussobe, un frère de Sokhna Diarra, la mère de Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké. Ainsi, de par sa mère, Serigne Abdou Khadr aurait été le neveu de Serigne Touba s’il n’avait été son fils. De ses parents, il a hérité une grande piété qu’il a naturellement eut à exercer durant toute sa vie, les fonctions d’Imam. D’ailleurs, de1968, date de la disparition de Cheikh Mouhammadou Fadl Mbacké à son rappel à Dieu, c’est lui qui a régulièrement officié à la Grande Mosquée de Touba.



Serigne Abdou Khadre qui a maîtrisé très tôt le Coran, s’est rendu à Guédé chez Serigne Modou Déme pour apprendre les autres préceptes de l’islam. L’imagerie populaire a voulu voir en lui, la réincarnation de son père, Cheikh Ahmadou Bamba parce qu’en lui se trouvé la plupart des traits de caractère qui ont distingué le Cheikh : Même silhouette frêle et mince d’apparence, même habillement sobre et même démarche rapide surtout si la destination est un lieu de dévotion au créateur. L’on rapporte également que la ressemblance de Serigne Abdou Khadre Mbacké avec son père était aussi morale. On le surnommait « Alimu Soodaan » ou encore « Djily Borom Bakhdad ».



Imam de la Grande mosquée de Touba pendant 22 ans



Il n’était certes pas le plus âgé de la famille de Cheikh Ahmadou Bamba, mais Serigne Abdou Khadre Mbacké avait un charisme tel que tous ses frères reconnaissaient et acceptaient implicitement son autorité morale, par sa droiture, son désintéressement des choses de ce bas monde. D’ailleurs, on ne lui connaît pas plus de deux maisons à Touba. Et, s’il en a d’autres dans certaines localités du pays, il n’y était pour rien. Il les devait plutôt à la ferveur de talibés désireux de lui faire plaisir.



Des tous les fils de Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké, fondateur du mouridisme, Serigne Abdou Khadre Mbacké était le seul à n’avoir pas duré au khalifat. Mais malgré ces 11 mois de règne (du 19 juin 1989 au 13 mai 1990), le statut qui lui a toujours collé à la peau est celui de l’imam de la Grande mosquée de Touba. Fonction qu’il a occupée pendant 22 ans.



Sa simplicité vestimentaire ainsi que sa sobriété alimentaire furent exemplaires. Celui que l’on appelait affectueusement « Djily Borom Bakhdad », aura vécu un séjour terrestre de 75 ans. Dont les 22 ont été consacrés à diriger les prières de la grande mosquée de Touba, d’où son surnom de « l’imam des imams. »