Le Koureul


Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail




Article lu 28674 fois




Le Kourel est formé par un groupe de personnes assis ou débout et formant un cercle (« Kourel kat ») qui chantent les éloges du Prophète (PSL) à travers les écrits de Cheikh Ahmadou BAMBA Khadimou Rassol. Ces écrits sont connus sous le non de Qaça’id.

Les membres du kourel (le nombre variant d’un koureul à un autre) détiennent chacun d’eux une spécificité ou une finesse vocale permettant, en un mouvement d’ensemble, d’élaborer une tonalité ou une sonorité originale à l’image des anciens (Mag gni) qui le faisaient sous la demande du fondateur du Mouridisme Serigne Touba lui-même.

Les membres d’un koureul appartiennent le plus souvent à un même Dahira, Daara ou ont en commun le même marabout auquel ils ont porté allégeance (Djebalou). Ils arrivent des fois qu’ils soient issus d’une fédération des différents Dahiras et Daara d’une même localité ou de localités diverses, on parle alors de « Kourel fédération » ou encore de « Kourel djoko ».

A la tête de chaque kourel se trouve, en général, un « chef de kourel » qui est le maître du cœur (« dadj kat »).

Le maître du cœur est chargé de diriger les séances de répétition, de choisir (avec ses pairs) les qaça’id et les mélodies à mettre dans le programme du kourel pendant les préparatifs des grands évènements comme le Grand Magal de Touba, le Maouloud, les Thiant…Il est aussi chargé d’annoncer les mélodies (Dadj) lors des séances de prestation du kourel. Cette activité se répète durant toute la séance de la prestation du kourel et consiste à soit, passer d’une mélodie à une autre, soit relever, abaisser ou niveler le rythme de la mélodie en cours. On parle en d’autres termes de Dièse, bémol ou bécarre. En effet, le « Dadj Kat » donne des signes avec sa main pour indiquer le niveau sonore à exécuter.

Le maître du cœur est, des fois, chargé de veiller sur l’assiduité et le comportement des membres du kourel pendant les séances de prestation et surtout pendant les séances de répétition. Des fois cet aspect est géré par un de ses pairs choisi comme étant le chef du kourel.

NB : Le chef du kourel est des fois différent du maître de cœur.

Pour être cohérents et respecter le mouvement de cœur d’ensemble lors des prestations, les membres du kourel se fixent un calendrier de répétition selon la disponibilité des uns et des autres.

Les mélodies repris par les kourel lors des séances de répétition ou de prestation proviennent le plus souvent des anciens disciples de Serigne Touba (« Mag gni ») ou d’autres qui ont continué à créer des mélodies depuis l’avènement des fils et petits fils du fondateur du mouridisme au khalifat, (voir plus bas). On parle alors de « dadjou wakeur Serigne Massamba, dadjou Serigne Aladji CISSE, dadjou Baye Youssou NDAO, dadjou Serigne Moustapha SY, dadjou Serigne Abdou Khadr GASSAMA, dadjou Serigne Bolé MBAYE » pour ne citer que ceux là. Des fois, la mélodie peut provenir de l’inspiration et de l’expérience d’un des membres du kourel ; dans ce cas on dit que cette mélodie est propre au kourel pour des raisons solidaires.

Les qaça’id sont inscrits sur des supports appelés « Dôles ». Pendant les séances de prestation, les dôles sont placés sur des pupitres pour apporter une certaine chorégraphie au kourel qui forme un cercle autour des ces pupitres.

La déclamation de qaça’id se fait aussi en individuel. Cette façon de psalmodier les panégyriques sur le Prophète est appelée "Rajaz". Ces prestataires ou "rajaz katt" utilisent différentes mélodies afin de pouvoir louer le prophète sur tous les genres poétiques sur lesquels le Cheikh a eu à écrire. La plupart du temps ces mélodies leur sont propres, relèvent de leur inspiration ou d’un ordre divin reçu par le Cheikh lui même. Ces mélodies sont élaborées tenant compte, le plus souvent, de la versification des qaça’id par le Cheikh lui-même. Pour être membre d’un kourel, le prestataire doit remplir certaines conditions propres au kourel et devra subir une séance de test. Il s’agira soit :

-  De son niveau coranique,
-  De son niveau en science religieuse,
-  De son expérience,
-  De son assiduité,
-  De son niveau vocal,
-  De son comportement…

Selon son assiduité et son comportement (dans le kourel ou même en dehors du kourel), un membre peut être sanctionné allant même jusqu’à être écarté du groupe.

Serigne Saliou MBACKE : « Le kourel est à l’image de l’oiseau qui vole, les prestataires en constituent les ailes et ceux qui écoutent les plumes. »

CEL-COM HTDKH