L’acte d’allégeance de Cheikh Ibra Fall à Serigne Touba commémoré


Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail




Article lu 5932 fois




La communauté mouride célèbre, dimanche 21 août, la première rencontre entre le Fondateur du Mouridisme, Cheikh Ahmadou Bamba Khadimou Rassoul et son fidèle talibé, Maame Cheikh Ibrahima Fall. Cet événement qui occupe une place de choix dans l’agenda mouride est aussi appelé « Magalou Kaolack ». Selon Serigne Khadim Ndiaye Kayar du Desk religieux de la radio mouride, « Lamp Fall Fm » à Dakar : « Ce magal célèbre la première rencontre entre le marabout et son talibé, à savoir Serigne Touba et Mame Cheikh Ibra. C’était le 20ème jour du mois lunaire de Ramadan de l’an 1301 de l’Hégire(1883) à Mbacké Kadjoor. Maame Cheikh était habité par une soif ardente d’aller chercher un guide qui le ferait accéder à Dieu. Sa quête opiniâtre, le mena dans plusieurs lieux comme Taïba Ndakhar, chez Serigne Taïba Ndakhar puis, à Mbacké Kadjoor où il a finalement trouvé le Maître et fit acte d’allégeance », a-t-il fait comprendre.

Revenant sur le choix de Kaolack, Matar Mbaye, qui se veut un disciple de Cheikh Ibra Fall, d’indiquer : « Entre le Saloum (Kaolack) et le mouridisme, c’est toute une histoire. Une frange importante de la famille de Mame Cheikh y réside depuis longtemps. Ce magal du 20ème jour du Ramadan a été initié par Serigne Moudou Moustapha FALL, alors premier Khalife Général des Baye Fall. Aujourd’hui, c’est sa descendance qui est maîtresse d’œuvre de cette commémoration. Le regretté Serigne Cheikh Fall Khady Guèye l’a élevé à la dimension qu’on lui reconnaît, aujourd’hui. »

Disons que le dernier C.R.D préparatoire de ce grand jour vient de se tenir à la gouvernance de Kaolack en présence des autorités étatiques et des membres de la famille du premier des « Baye Fall » (Cheikh Ibra Fall) dont Serigne Fallou Fall Cheikh. Des problèmes liés à la fourniture de l’eau et d’électricité ont été relevés au cours des débats et des promesses fermes prises.

Ibrahima Ngom Damel Source Lesenegalais.net