Cheikh Ibra


Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail




Article lu 4968 fois




Le Cheikh Maa El Aynain, fils de Mohamed El Fadel Ibn Maamin avait écrit des poemes merveilleux sur les qualités exceptionnelles de Khadimou Rassoul. Cependant, pendant longtemps, il était intrigué par le cas d’Ibra Fall et par les commérages a son sujet. Il entra alors en "Khalwa" pour demander a Allah de l’éclairer la-dessus. A la sortie de sa retraite spirituelle, il composa un poeme dont nous publions de larges extraits.

"Cheikh Ibra, tu as été élevé au dessus

des humains"

"Cheikh Ibra, tu as dépassé les horizons de la loi et de la voie " !

"Ibrahim Fall, tu as devancé tes pairs depuis l’Éternité"

"Ton état de réalisation ne peut-etre compris par de simples mortels"

" Ta supériorité est indiscutable..."

"... La voie d’Ibra Fall dans le Mouridisme est l’une des meilleures"

"Celui qui la prend sera protégé contre l’enfer et les châtiments"

"Il passera comme l’éclair le jour de la Traversée... du Pont "

"... Mes paroles proviennent de la source des connaissances"

"Ô inconscient qui suspecte la voie de notre frere Ibra Fall"

"Repens-toi devant le Seigneur clément"

"Car celui qui persévere dans l’errent"

"Sera saisi par le Toupet"

"Et entraîné par les anges de l’enfer"

"Qu’Allah nous préserve d’un sort pareil"...

LE PRECURSEUR Compagnon le plus célebre mais aussi le plus incompris, Mame Cheikh Ibra Fall est accepté par tous comme ayant joué un rôle capital aupres de Cheikh Ahmadou Bamba, sans jamais heurter l’intransigeance de ce Maître sur les principes fondamentaux de l’Islam.

Né vers 1860 a Ndiamby Fall, un village proche de kebemer, ce descendant de la lignée royale du cayor était doublé d’un fin lettré.

Ce n’est que vers les années 1880 que suite a de longues pérégrinations a travers le pays Cheikh Ibra trouva enfin le Maître dont il était pari a la recherche. Ce 19e jour du mois de Ramadan est actuellement célébrée chaque année par ses descendants.

En cette époque, Cheikh Ahmadou Bamba professait le Coran et les sciences religieuses dans la concession de son pere, au village de Mbacké Cayor ou l’ avait installé le damel Lat Dior de son retour d’exil. Pendant que les étudiants continuaient de s’interroger sur le contenu des livres et la traduction des formules secretes du coran, Cheikh Ibra Fall en se soumettant entierement a ce Maître, introduisit un nouveau type de rapport qui allait marquer le mouridisme naissant. Si aujourd’hui on lui doit le sobriquet de < Lamp- Fall >ou de < Baboul Mouridîna : porte du mouridisme >, c’est surtout parce qu’il a balisé par le travail et une abnégation totale, le chemin historique du mouridisme.

Infatigable défricheur des sites ou Cheikh Ahmadou Bamba allait installer ses nouveaux villages, il était le chef de file dans les tâches de construction et de production agricole.

En 1912, lorsque Cheikh Ahmadou Bamba, de retour de ses différents exils fut maintenu en résidence surveillée a Diourbel, Cheikh Ibra, a l’instar des autres grands compagnons s’établit dans la ville a quelques foulées de cheval de la demeure du Maître. Sa grande concession par extension est devenu le quartier qui a Diourbel porte son nom.

Les Baye-Fall, multipliés au gré de la baraka du Saint homme, continuent de conserver le statut de leur précurseur et prolongent son ouvre , toujours a côté de la descendance de Cheikh Ahmadou Bamba. Apres sa disparition en 1930, cinq de ses fils prirent successivement la succession : Serigne Modou Moustapha Fall, S. Abdoulaye Fall, S. Mor Talla Fall, S. Assane Fall, et S. Abdou Sakor Fall. Aujourd’hui, la confrérie est passée sous l’autorité de l’aîné de ses petits fils, Serigne Cheikh Dieumb Fall.

LE TRAVAIL , VOIE ROYALE D’ACCES A DIEU

Leur triple mission de formation, d’organisation et de soutien a la famille du fondateur du mouridisme occupent toute leur vie. Pour lui, le travail est la voie royale d’acces a Dieu. Il n’empeche, le Baye-Fall est en permanence plongé dans ses captivantes séances d Zikroullah ou louange a Dieu ; sa façon a lui de vénérer le Tout Puissant.

La famille Baye-Fall repose sur le droit d’aînesse et la pratique de la polygamie illimitée, particularité des plus fustigées par les défenseurs inconditionnels de la charia. Le Baye-Fall toutefois, comme dans toutes les principes qui régissent sa vie n’en a cure et ne se fie qu’a Serigne Touba, l’érudit des érudits, le connaisseur des connaisseurs et le Maître du talibé mouride sur terre comme dans l’autre monde, et qui a défini et autorisé les pratiques de sa vie.

Le Baye-Fall, dans l’imagerie populaire de ceux qui vivent tres loin les réalités de cet adepte de Cheikh Ibra Fall, est tres souvent perçu a travers de multiples déformations.

Loin d’etre seulement un personnage grossier habillé de haillons multicolores, la chevelure débroussaillée ou tres longue, la démarche agressive, il est un croyant pour qui la religion s’arrete aux ordres du marabout qu’il vénere plus que toute autre chose.

Le véritable Baye-Fall s’oppose radicalement au vagabondage et mene une vie austere qui le détache de tous les interdits. Au dela des clichés le faisant apparaître comme un troubadour ou un délinquant en mal de refuge social, le disciple de Cheikh Ibra Fall se veut le prolongement de celui qui fut l’exemple meme du < talibé > et symbolise le mouridisme sous ses facettes économique, culturel, et sociale.

Le Baye-Fall applique a la lettre les principes de soumission au marabout : < je me soumets a vous dans ce monde et dans l’au-dela. Je ferai tout ce que vous me dicterez et laisserai tout ce que vous m’interdirez... >tel est le credo du Baye-Fall. Au fil des ans, le comportement de ce talibé hors pair sera marqué par le travail*, l’abnégation totale face aux biens de ce monde et le respect scrupuleux des ordres du cheikh. Le travail, parce qu’il permet le dépassement de soi dans l’effort, est le premier pilier du < baye-fallisme >. Ainsi, aujourd’hui comme hier, les vrais Baye-Fall continuent de défricher chaque année des centaines d’hectares, abattant en une journée des superficies importantes. La production milicole et arachidiere a connu de la sorte, des performances légendaires grâce a ces soldats champêtres au zèle inégalé.

Le véritable Baye-Fall reprouve la violence. A l’instar du précurseur du mouridisme, cet homme discipliné ne veut rien obtenir par la violence bannie par les regles de vie de la communauté.

Sur le plan culturel, l’originalité du Baye-Fall a dépassé les frontières du Sénégal et fait école un peu partout dans le monde. Sa chevelure hirsute aurait inspiré les rastas,. Le petit bâton dissuasif qu’il porte est utilisé depuis l’époque ou le port d’arme blanche était prohibé. Quant a la ceinture, elle permet de se caler l’estomac pour mieux résister a une longue journée de travail, ou une nuit interminable de litanies.Parmi les autres objets qui donnent a ce < chevalier de la foi > son aspect authentique, le bonnet et le talisman sont bien les plus remarqués. L’un est souvent noir avec une pouffe au bout de son long pendant, et l’autre se distingue par le travail artistique raffiné des cordonniers et se ballote au bas ventre symbolisant toute la fierté du talibé.

En outre, ces hommes sont tous farouchement retranchés dans le cadre culturel découpé par le mouridisme. La langue wolof qu’il parle en général ne souffre de la moindre intrusion de langues étrangeres. D’ailleurs le Baye-Fall cultive une nette démarcation vis-a-vis des cultures occidentale et arabe.

Durant les moments de grande ferveur religieuse, il arrive qu’un des talibés a la sensibilité élevée tombe en extase. Lorsque c’est le < choc > véritable des ondes spirituelles, quelle que soit l’intensité de ses efforts, le Baye-Fall cognant durement contre un mur ou un pilier en fer, en sort sans la moindre éraflure. Ce phénomène échappe aux explications rationnelles.

Foncièrement communautaire, la confrérie de Cheikh Ibra Fall entretient jalousement une réputation de solidarité qui fait de chacun de ses membres, le maillon d’une chaîne ininterrompue. La contribution de tous est une règle d’or pour réaliser une ouvre ou pour faire face a un événement social. Ainsi en plus de l’investissement humain qui mobilise le maximum des effectifs disponibles, les < kureel >, par petits groupes sillonnent les villages et les villes au son des < xiin > et du Zikroullah, pour collecter les souscriptions. C’est ce qu’ils appellent le . Ici, contrairement aux jours de fête ou le boubou d’apparat est de rigueur, la tenue en cette circonstance peut varier du boubou multicolore au simple caftan de séjour. Aucune note excentrique n’intervient cependant pour altérer l’ambiance d’humilité et de foi qui caractérise les expéditions.

Les sommes recueillies ne sont amputées d’aucune charge et viennent en complément aux efforts déjà consentis par le groupe. Elles seront versées ou a la trésorerie ou directement au marabout qui gère la réalisation de l’ouvre.

C’est en dernier ressort autour de ce chef religieux que gravite toute la vie de la communauté. Formé a travers diverses écoles traditionnelles ou < daara >, le marabout Baye-Fall est un fin lettré doublé d’un homme d’action peu enclin aux génuflexions quotidiennes qui rythment la prière. Le chapelet toujours a la main, il s’adonne cependant a longueur de journée a des oraisons dont il détient seul les secrets.