10 Août 1895 : Cheikh Ahmadou Bamba, de Mbacké Mbari au Gabon


Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable envoyer l'article par mail envoyer par mail




Article lu 543 fois




La communauté Mouride célèbre ce mercredi 10 Août le Magal de Mbacké Baari commémorant le départ en exil de Cheikh Ahmadou BAMBA Khâdimou Rassoul.





Suite aux campagnes calomnieuses à l’endroit de Cheikh Ahmadou BAMBA, le Commandant LECLERC, Administrateur du Cercle de Saint-Louis, avait adressé en juillet 1895 une alarmante correspondance à ses supérieurs. Le Gouverneur Général par intérim du Sénégal et Dépendances, M. MOUTTET, expédia alors à Mbacké-Bâri une lettre de convocation au Cheikh qui, empêché, se contenta de déléguer son frère et bras droit Mame Thierno Birahim au dit Gouverneur qui interpréta ce geste comme un affront et un défi à son autorité.

Ainsi l’Administrateur LECLERC fut-il chargé, à la tête d’une importante troupe composée essentiellement de gardes et de cavaliers dirigés par des chefs indigènes, de s’acheminer vers Mbacké-Bâri aux fins de contraindre par la force le Saint homme à se rendre à ladite convocation. Informé, Cheikh Ahmadou BAMBA dut mander une seconde fois le Cheikh Ibrahim dans le but de dissiper le malentendu. Mais face à la détermination d’en découdre qu’afficha l’Administrateur, l’émissaire du cheikh dut informer celui-ci de l’échec de sa mission ; ce à quoi, Cheikh Ahmadou BAMBA, devinant la trame de la Volonté Transcendante, qui seule pouvait présider à ces événements, confia les siens à la Grâce de DIEU et partit à la rencontre de ses ennemis.

C’est ainsi qu’il retrouva le plénipotentiaire du Gouverneur dans la localité de Jéwol dans l’après-midi du samedi 10 août 1895. Ce jour de 18 du mois de safar 1313 de l’Hégire constituera, plus tard, celui de la célébration du grand Magal de Touba, car cette épreuve préfigurait déjà aux yeux du Cheikh le Succès et les Avantages Inestimables que le TOUT-PUISSANT Dissimulait dans le Service qu’il comptait effectuer pour le Meilleur des humains (PSL).

Ayant ainsi passé la nuit à Jéwol, le saint homme reprit, en bonne escorte, son périple le matin du dimanche, fit une escale dans le village de Kokki d’où il s’achemina de nuit vers Louga. De cette localité, il prit, le lundi 12 août, le train pour Saint-Louis qu’il atteignit au crépuscule et où il restera pendant les 10 jours restants du mois de safar et presque tout le mois de Rabi’u-l-Awwal.

Le Serviteur du Prophète aura à subir sur cette île nombre d’épreuves de la part de ses persécuteurs dont la plus injuste restera sans doute la décision de l’exiler vers les contrées hostiles de l’Afrique Equatoriale. Mais ceux-là qui le bannirent et tentèrent de l’avilir à jamais ne savaient certes pas que le TOUT-PUISSANT s’était LUI-MÊME Prescrit, de toute éternité, le Devoir de Secourir Ses Amis ; et où qu’ils puissent se trouver...

Le Conseil Privé de Saint-Louis (5 septembre 1895)

Après son arrestation à Jéwol, le Cheikh Ahmadou BAMBA restera à Saint-Louis jusqu’au jeudi 5 septembre 1895, date à laquelle le Conseil Privé, composé de dix membres réunis dans la salle ordinaire de ses délibérations, décida son internement au Gabon.

L’Histoire a surtout retenu de ce jour la tempérance du Cheikh dans sa défense contre les chefs d’accusation qui lui furent exposés mais surtout le coeur qu’il eut de parapher au bas du document qui lui fut tendu la sourate Ikhlâs , symbole de l’Unicité Absolue de DIEU comme négation de la Trinité, en guise de signature, mais surtout celui d’effectuer deux rakkas devenues célèbres sur le lieu même de ladite séance.

Une coïncidence significative fut que ces événements eurent, non seulement, lieu au cours du mois de la Naissance du Prophète (PSL), mois de Rabi’u-l-Awwal ("Gamou") que vénérait particulièrement le Cheikh, mais le Conseil Privé fut tenu le jour de 14 de ce mois qui correspond au surlendemain de l’Anniversaire de la Naissance du Prophète (PSL) pour le Service duquel le Voyage est censé être fait.

En effet le dernier Messager de DIEU (PSL) est, selon l’hagiographie musulmane, né la nuit du 12 du mois de "Gamou" et a aussi émigré à Médine un jour de 12 du mois de "Gamou". La coïncidence étonnante sera donc que son Serviteur sera aussi appelé à exiler et à entamer le Service qu’il lui destinait au surlendemain de ce jour calendaire correspondant à l’Hégire de son Maître (PSL) ayant eu à subir la même épreuve dans des conditions étrangement similaires relatées par le Coran : "Rappelle-toi lorsque les infidèles complotaient contre toi afin de t’emprisonner ou te tuer ou t’expulser ; ils complotaient alors que DIEU cernait leur plan" (8:30)

Au cours de son séjour à Saint-Louis Cheikh Ahmadou BAMBA fut l’objet de la sollicitude de nombre de grandes figures musulmanes dont certaines l’exhortèrent vivement à interjeter appel de l’injuste décision ; éventualité à laquelle il ne daigna jamais souscrire car, disait-il : " Je me suffis de DIEU en dehors des roitelets et de Muhammad en dehors de tout autre intermédiaire".

C’est ainsi que le Serviteur du Prophète fut contraint de quitter l’île de Saint-Louis, le matin du jeudi 19 septembre 1895, correspondant à l’avant-dernier jour du mois de Rabi’u-l-Awwal, pour s’acheminer par chemin de fer vers la ville de Dakar où l’attendaient d’autres péripéties...

L’Exil au Gabon (1895-1902)

Une fois prise, à l’issue de la séance historique du Conseil Privé de Saint-Louis, la décision de l’interner au Gabon, Cheikh Ahmadou BAMBA fut transféré à Dakar où il parvint au soir du jeudi 19 septembre 1895.

Installé chez un indigène du nom de Ibra Binta GUEYE, le Cheikh, alors à jeun, se vit aussitôt convoqué par le Gouverneur de Dakar dont le courroux, se déversant sur lui, l’obligea à passer la nuit dans une cellule infecte dont l’inhospitalité marqua si fortement le Cheikh qu’il écrivit plus tard : "Lorsque je songe à ce qui fut décidé, à ce Gouverneur et à ce cachot, me prend aussitôt l’envie de combattre par les armes ; mais Celui qui éfface les péchés [le Prophète] m’en dissuade... "

Cheikh Ahmadou BAMBA embarqua finalement le samedi 21 septembre 1895 à bord du paquebot "Ville de Pernambouc" sur lequel il aura à affronter d’autres épreuves dont : l’hostilité affichée de l’équipage, la ruée d’un taureau déchaîné vers sa sainte personne et dont il fut miraculeusement préservé etc.

Une fois aux îles, le Cheikh, selon ses propres dires mêmes, fut sujet à toutes sortes d’exactions et de brimades, et cela tout au long de ses séjours successifs dans la jungle de Mayumba, à Lambaréné et ailleurs.

La moiteur, le grand nombre de maladies tropicales mais surtout la solitude caractérisant ces lieux firent aussi de ces années les plus éprouvantes de l’existence du Cheikh, isolement perceptible dans nombre de ses écrits où il exprime avec humilité tout son attachement, sa confiance et sa reconnaissance au TRES-MAJESTUEUX de même que sa résolution inébranlable à rester "l’esclave de DIEU et le Serviteur du Prophète (PSL) à demeure".

N’ayant pour témoins que les éléments, il eut cette poignante profession : "O Océan de Mayumba ! témoigne que je suis l’esclave de [DIEU], Celui qui pardonne les péchés, et que je demeure le Serviteur du [Prophète] Elu ! Témoigne, qu’en tant qu’ami intime du [Prophète], celui qui comble d’honneurs ses amis, je rejette toute forme d’association à DIEU et n’adore que Lui seul !"

Ces épreuves et d’autres privations que s’infligeait volontairement le Cheikh pour la FACE de DIEU eurent quelques fois pour spectateurs les habitants primitifs de ces contrées ou des indigènes originaires du Sénégal dont certains eurent à lui manifester leur estime ou même à lui faire allégeance. Le Cheikh aura aussi à faire la rencontre, durant l’Exil, de nombre de personnalités marquantes de cette époque, telles le futur premier député d’Afrique Noire Blaise DIAGNE, alors fonctionnaire des Douanes, son disciple et frère Mame Cheikh Anta MBACKE qui avait entreprit le périlleux voyage au Gabon.

Le Cheikh eut de même à entretenir une correspondance avec l’illustre résistant guinéen, l’Almamy Samory TOURE, déporté depuis 1899 à Njolé, au Gabon, où il trouvera d’ailleurs la mort le 2 juin 1900. Il est rapporté que le Cheikh effectua, lorsqu’il apprit la nouvelle, la prière des morts à son intention depuis Lambaréné, conformément à la Sunna Prophétique . L’ex-Bourba Jolof Samba Laobé Penda, exilé cinq mois après le Cheikh en raison, pour partie, des relations le liant à celui-ci, eut aussi à le retrouver au Gabon.

Cette période fut également marquée par l’abondance des Dons Mystiques Incommensurables procédant de DIEU, Faveurs Insignes se traduisant par une Elévation à des degrés spirituels inouïs et inédits que démontre la profusion littéraire des années dites " maritimes" ; richesse le rangeant de facto parmi les auteurs les plus prolifiques, sinon le plus prolifique, du monde musulman. Ainsi aura t-il à répondre beaucoup plus tard à son fils Cheikh Muhammad-al-Bachir MBACKE qui le questionna un jour sur cette époque : "[Au cours de cet exil] ma connaissance gnostique s’est accrue, mon arrivée à DIEU (wusûl) s’est confirmée, ma certitude a atteint de nouveaux degrés et j’ai obtenu des Grâces Infinies"...

Au cours de cette période la jeune communauté mouride eut à affronter l’une des premières épreuves les plus pénibles de son histoire car, la déportation de son guide ayant entamé l’engagement de certains, il y eurent des désaffections contrastant singulièrement avec le regain d’assurance et de triomphalisme de leurs adversaires qui, excès d’acharnement et de cruauté, n’hésitaient pas à distiller des rumeurs sur la disparition de Cheikh Ahmadou BAMBA.

Mais regroupés autour de leurs principaux cheikhs désignés par Khadimou Rassoul à son départ : Mame Thierno Birahim assumant la direction des enseignements, Cheikh Ahmadou NDOUMBE préposé à la supervision des travaux champêtres, Cheikh Ibrahima FALL et d’autres figures emblématiques de la Muridiyah, les adeptes réussirent à préserver intacte leur foi en l’Inéluctabilité du Secours Divin et au triomphe de la Vérité sur l’erreur.

Par ailleurs les efforts que ne cessa de consentir le Cheikh Ibrahima FALL, resté à Saint-Louis, réussirent à convaincre le futur député CARPOT entre autres de la parfaite innocence de Cheikh Ahmadou BAMBA au point qu’il s’engagea à réhabiliter celui-ci à son élection. La chose faite, le Serviteur du Prophète put, par la Grâce de DIEU et Sa Volonté Bienveillante, rentrer au Sénégal le mardi 11 novembre 1902 à bord du navire "Ville de Maceïo", après un peu moins de huit années exil.

L’on peut aisément imaginer l’extraordinaire effervescence qui accueillit au port de Dakar, puis dans le reste du pays le retour de "celui qui est revenu des contrées d’où l’on ne revient pas", grâce à la Seule Puissance de DIEU, qui n’a point, encore une fois, manqué à Sa Promesse de "secourir les Croyants"...